Les études économiques ont pour objectif de donner au lecteur une vue d’ensemble macroéconomique ainsi qu’un inventaire des secteurs porteurs en termes d’exportation.  Elles répertorient également les secteurs clés qui offrent des opportunités importantes pour nos entreprises exportatrices belges.
  • Étude économique Indonésie (février 2016)

    16e puissance économique mondiale, l’Indonésie présente un potentiel intéressant pour nos exportateurs et nos investisseurs. Elle fait partie de ces nations émergentes qui prennent la relève des pays BRICS.  Malgré un ralentissement observé depuis plusieurs années, sa croissance affiche toujours un niveau considérable de 5% en 2015, assorti de perspectives optimistes pour les années futures.

    Sa structure démographique en fait un marché alléchant. Quatrième pays le plus peuplé au monde, l’Indonésie est dotée d’une population jeune et d’une classe moyenne en forte progression. Elle abonde en outre de richesses naturelles agricoles et minérales. L'archipel aspire à se diversifier en passant d’une économie dépendante de ses exportations de matières premières à une économie privilégiant la transformation de celles-ci en produits à plus haute valeur ajoutée.

    La suppression des subventions sur le carburant a permis au gouvernement du Président Widodo de réallouer le budget ainsi épargné à la rénovation des infrastructures du pays, au développement des énergies renouvelables, à la redynamisation du secteur maritime ainsi qu’à l’optimisation de l’accessibilité à l’enseignement et aux soins de santé.

    A l’occasion de la mission économique conjointe qui se déroulera en Indonésie du 12 au 19 mars 2016, l’Agence pour le Commerce extérieur a publié une étude pays. La première partie analyse la situation macroéconomique du pays, alors que la seconde se penche sur les secteurs les plus dynamiques : les infrastructures, l’énergie, les cleantech et le secteur maritime.

  • Étude économique Japon (mai 2012)

    Offrant aux entreprises étrangères un marché de près de 127 millions d’habitants et avec d’un des PIB par habitant les plus élevés du monde, le Japon est une destination de choix pour les exportateurs belges. "La neige ne brise jamais la branche du saule", dit un ancien proverbe japonais. Un an après la catastrophe de Fukushima, les analystes sont formels: le Japon se reconstruit, et il sortira renforcé de la crise qu’il a traversée.

    Ce sont principalement les secteurs de la santé, des technologies environnementales, des technologies de l’information et de la communication ainsi que de la consommation de luxe qui connaissent un essor au Japon. Ces secteurs seront donc mis en avant durant la mission économique conjointe menée par SAR le Prince Philippe du 9 au 16 juin 2012.

    Cette étude a été réalisée à l’occasion de la mission économique conjointe au Japon qui a eu lieu en juin 2012.

  • Étude économique Kazakhstan (juillet 2010)

    Pays encore jeune (il a gagné son indépendance en 1991), le Kazakhstan est riche de ses nombreuses ressources naturelles. On y trouve presque tous les éléments du tableau de Mendeleiev mais c’est la rente pétrolière qui nourrit le pays.

    La 1ère partie de cette étude a pour objectif de présenter les fondements macroéconomiques kazakhs et tout particulièrement, leur impact en termes de commerce extérieur. Sont ensuite analysés quelques uns des secteurs à potentiel pour nos entreprises belges. Enfin, le chapitre "Étiquette" répertorie certains us et coutumes locaux qui devraient faciliter les contacts sur place.

    Cette étude a été réalisée à l’occasion de la mission économique conjointe au Kazakhstan qui a eu lieu en octobre 2010.

  • Étude économique Malaisie (octobre 2014)

    Troisième puissance de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN), la Malaisie génère 13 % de la richesse de la région et sa croissance devrait atteindre 5,7 % en 2014.

    L’objectif ‘Vision 2020’ vise à augmenter le PIB par tête et ainsi promouvoir la Malaisie du statut de pays à revenu intermédiaire à celui de pays à revenu élevé. Différents programmes entendent la guider dans la réalisation de ce défi ambitieux.

    La Malaisie ne manque pas d’atouts pour séduire les exportateurs. La libéralisation de son économie dynamise les échanges commerciaux, attire d’importants capitaux étrangers et contribue à l'ascension du pays dans les classements internationaux relatifs à la compétitivité.

    A l’occasion de la mission économique conjointe qui se déroulera du 22 au 28 novembre 2014, l’Agence pour le Commerce extérieur a publié une étude économique. La première partie est consacrée à la situation macroéconomique de la Malaisie, alors que le deuxième chapitre constitue une analyse de quatre secteurs dynamiques présentant de nombreuses possibilités commerciales : la finance islamique, le cleantech, la construction et la santé. Elle aborde ensuite quelques réussites récentes de sociétés belges dans le pays.

  • Étude économique Maroc (novembre 2018)

    L’économie marocaine s’est considérablement métamorphosée et consolidée au cours des vingt dernières années. Une croissance annuelle d’environ 4% du PIB est attendue dans les années à venir, tandis que l’inflation, les taux d’intérêt et le taux de change restent également stables. L’ambition marocaine de servir de pont entre l’Europe et l’Afrique ainsi que de nombreux autres atouts font également de ce pays un lieu d’investissement attractif. Cette étude met aussi l’accent sur les secteurs de la logistique et des transports, des infrastructures et de l’énergie.

    Cette étude a été réalisée à l’occasion de la mission économique conjointe au Maroc qui a eu lieu en novembre 2018.