Les études économiques ont pour objectif de donner au lecteur une vue d’ensemble macroéconomique ainsi qu’un inventaire des secteurs porteurs en termes d’exportation.  Elles répertorient également les secteurs clés qui offrent des opportunités importantes pour nos entreprises exportatrices belges.
  • Étude économique Corée du Sud (juin 2017)

    La République de Corée est connue comme l’un des « dragons asiatiques », expression qui fait référence à la forte croissance économique enregistrée pendant plusieurs décennies. Le nouveau président élu, Moon Jae-in, qui affiche une volonté de rupture avec l’ancien gouvernement et dont l’économie et la diplomatie sont les priorités, veut « faire de la Corée du Sud une société juste et équitable » avec plus de transparence, ce qui est de bon augure pour lespartenaires commerciaux et les investisseurs étrangers.

    Le pays est entouré par 2 mers et par la zone démilitarisée qui la sépare de la Corée du Nord ; son économie est fortement tributaire de ses échanges commerciaux internationaux. Elle est l’une des économies les plus ouvertes au monde (un degré d’ouverture proche de 90%). En 2016, la République de Corée se classait sixième plus grand exportateur mondial et dixième plus grand importateur.

    Cette étude a été réalisée à l’occasion de la mission économique conjointe en République de Corée qui a eu lieu en juin 2017.

  • Étude économique Côte d'Ivoire (octobre 2017)

    Le retard qu’a rattrapé en un éclair la Côte d’Ivoire après les affrontements du début de cette décennie permet au pays de voir son avenir sous les meilleurs auspices.

    En 2016, la Côte d’Ivoire figurait parmi les cinq pays affichant le taux de croissance le plus élevé au monde. Compte tenu d’un regain de stabilité et d’un gouvernement soutenant les entreprises, tout indique que cette tendance ne fera que se confirmer aucours des années à venir.

    Cette étude a été réalisée à l’occasion de la mission économique conjointe en Côte d'Ivoire qui a eu lieu en octobre 2017.

  • Étude économique Emirats arabes unis (mars 2015)

    En 40 années d’indépendance, la gestion intelligente des ressources pétrolière et gazière et la priorité octroyée à la diversification de ses activités économiques ont permis aux Emirats arabes unis d’afficher un développement impressionnant. Ils sont aujourd’hui devenus un pays prospère et dynamique.

    Résolument ouverte à l’international, cette fédération de sept émirats compte parmi les marchés les plus actifs en termes de commerce extérieur. Bénéficiant en outre d'une stabilité politique au cœur d’une région en ébullition, le pays attire des capitaux étrangers croissants grâce à un cadre d’investissement attractif.

    A l’occasion de la mission économique conjointe qui se déroulera du 21 au 27 mars 2015, l’Agence pour le Commerce extérieur a publié une étude pays. La première partie est consacrée à la situation macroéconomique des Emirats arabes unis, alors que le deuxième chapitre constitue une analyse de trois secteurs dynamiques présentant de nombreuses possibilités commerciales : les hydrocarbures, les cleantechs et la construction. Elle aborde ensuite quelques réussites récentes de sociétés belges dans le pays.

  • Étude économique États-Unis - Texas (novembre 2016)

    « It’s like a whole other country »… Le slogan touristique officiel du Texas souligne la singularité et la grandeur de l’État. Surnommé « The Lone Star State » depuis sa séparation du Mexique au 19e siècle avant son annexion aux États-Unis, le Texas se démarque aujourd’hui encore. Deuxième État américain le plus étendu, le plus peuplé et le plus riche, il serait la 10e puissance économique mondiale s’il était un pays indépendant.

    Le pétrole et le gaz représentent 8,5% de son PIB. La chute du prix du baril explique en grande partie l’essoufflement de la croissance texane depuis quelques années, passée de 5,4% en 2012 à 3,8% en 2015. Elle reste néanmoins supérieure à la moyenne nationale.
    S’il a essentiellement bâti sa fortune autour de l’or noir, le Texas a pu diminuer sa dépendance au secteur des hydrocarbures au fil du temps en diversifiant ses activités économiques. Ainsi, les énergies renouvelables, les biotechnologies et l’IT sont autant de domaines qui font aujourd’hui son succès sur la scène internationale.

    Le Texas présente également de nombreux atouts pour attirer les investisseurs et les entreprises : un régime fiscal attrayant, des incitants financiers pour soutenir les nouveaux projets ou encore plusieurs réseaux universitaires réputés, propices à la formation de travailleurs hautement qualifiés et à la R&D.

    A l’occasion de la mission économique conjointe qui se déroulera au Texas du 3 au 11 décembre 2016, l’Agence pour le Commerce extérieur a publié une étude pays. La première partie analyse la situation macroéconomique du pays, alors que la seconde se penche sur trois des secteurs les plus dynamiques : l’énergie, les biotechnologies et l’IT. Clôturent cette publication trois success-stories.

  • Étude économique Inde (novembre 2013)

    L’Inde figure parmi les économies qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Grâce à une moyenne de 8 % sur une base annuelle au cours des deux dernières décennies, elle fait partie du « club » des 5 pays BRICS, un des moteurs de l’économie mondiale.

    Le XIIe programme politique quinquennal (2012-2017), fondé sur le mantra « faster, sustainable and more inclusive growth » définit des objectifs ambitieux en termes d’investissements, dont la réalisation doit être confiée en grande partie au secteur privé national et étranger. L’accent est mis sur certains secteurs-clés, comme les infrastructures et l’énergie. L’Inde mise par ailleurs sur une croissance inclusive, qui devrait être dopée par l’évolution du pouvoir d’achat.

    Selon les observateurs, l’Inde continuera à jouer son rôle de locomotive de l’économie mondiale. Il va sans dire que cette perspective ouvre des opportunités d'affaires considérables pour nos entreprises belges.

    A l’occasion de la prochaine mission économique conjointe en Inde (23-29 novembre 2013), l’Agence pour le Commerce extérieur a publié une étude « pays » dont la première partie est consacrée à la situation macroéconomique de l’Inde, alors que le deuxième chapitre constitue une analyse de cinq domaines dynamiques présentant de nombreuses possibilités commerciales : cleantech et énergies renouvelables, soins de santé et pharma, diamants, infrastructures et télécommunications. Elle aborde ensuite quelques réussites récentes de sociétés belges en Inde.